Collectif Préservons le Domaine de Boudré

Suite à l'annonce officielle de la mise en vente du Domaine de Boudré, le collectif a vocation à assurer la sauvegarde de ce site naturel.

REPORT FESTIVAL NATURE en 2021 (sauf date du D8 novembre)

Bienvenue dans l’Espace Naturel Sensible de la Boucle du Loir
pour le Festival Nature « Boudré au fil des quatre saisons »


Après étude des diverses solutions, et pour dépasser les tergiversations et incertitudes encore actuelles liées au dé-confinement du Covid-19, le Festival Nature 2020 « Boudré au fil des quatre saisons » est reporté en 2021, dans la même configuration.
Vous y retrouverez les animations, Atelier d’Ecriture, Bains de Forêt, Qui se cache dans la forêt ? , Marche Nordique, Escapade en Canoë, etc.

Il est toujours interdit à ce jour d’utiliser les voies navigables pour les clubs de canoë notamment. Il est possible qu’un assouplissement ait lieu mais uniquement pour les bateaux d’une place, ce qui ne convient pas pour des canoës. Les deux activités rando canoë et construction de cabanes sur une île du 28 juin en seraient donc impactées.

Seule la date du Dimanche 8 novembre est maintenue avec quatre animations :
– Sculptures végétales et Land-art
– A la découverte des champignons
– Les cabanes éphémères dans la forêt
– La randonnée pédestre.

Les réservations se font auprès :
– de l’OTALS (Office de Tourisme Anjou Loir et Sarthe de Durtal) au 02 41 76 37 26 ou par mail à : bienvenue@tourisme-anjouloiretsarthe.fr
– du Collectif « préservons le Domaine de Boudré » par mail à : sauvonsboudre@gmail.com

Malgré le confinement, le Festival Nature 2020 de Boudré est prêt.

Nous avons été contraint d’annuler les animations du 4 avril mais nous maintenons pour l’instant la prochaine date du 28 juin, sauf avis contraire.
Les réservations sont à prendre auprès de l’Office de Tourisme ALS de Durtal au 02 41 76 37 26.

Le festival du collectif Préservons le Domaine de Boudré est prêt à lancer son festival dès la fin du confinement. Il devait démarrer le 4 avril et se poursuivre en juin et novembre.

Les premières animations du Festival Nature du collectif « Préservons le Domaine de Boudré » auraient dû se dérouler le week-end dernier. L’épidémie de Covid-19 n’a pas mis un terme mais seulement un frein à ce premier festival des quatre saisons, organisé par le collectif. Ces derniers espèrent maintenir les prochains rendez-vous programmés le 28 juin et le 8 novembre.

« On va essayer de reporter les animations du samedi 4 avril. Pour l’instant, on adopte une position de prudence et on espère pouvoir maintenir le rendez-vous du 28 juin », indique Didier Joly, membre du comité de pilotage. Ce jour-là, les amateurs de nature pourront participer à une marche nordique, une escapade en canoë ainsi qu’à la réalisation de cabanes éphémères sur une île.

Le dernier rendez-vous programmé le 8 novembre entraînera les festivaliers à élaborer des sculptures végétales, à effectuer une balade de découverte des champignons en famille, à effectuer une randonnée pédestre ou bien encore à réaliser des cabanes en forêt.

« Faire profiter les gens de cet espace naturel »

« L’objectif n’est pas de mobiliser un maximum de personnes comme nous avons pu le rechercher précédemment dans le cadre de nos actions de défense du Domaine », précise Didier Joly. « On se situe plus dans une action conviviale et festive de Boudré avec l’envie de faire profiter les gens de cet espace naturel sensible. »

Pour chaque animation, un des membres du collectif sera présent aux côtés de l’intervenant pour répondre aux questions du public sur la richesse du site en termes de flore et de faune, et resituer l’action des bénévoles qui restent mobilisés et fidèles à leurs objectifs affichés depuis plus de cinq ans. A savoir : que Boudré demeure dans le domaine public, que les activités qui s’y développent soient respectueuses de l’environnement et de la biodiversité, que les réglementations environnementales en place soient maintenues et respectées comme le Collectif le rappelait aux candidats aux élections municipales de Seiches-sur-le-Loir dans une lettre ouverte du 5 mars.

À l’origine de ce Festival, il y a un appel aux projets lancé par le Département de Maine-et-Loire prêt à soutenir des programmes d’animations innovants et grand public sur des espaces naturels sensibles (ENS). Il y a quatre-vingt-neuf ENS identifiés en Anjou. « Nous avons présenté à deux reprises un projet et n’avons pas été retenus. Le programme étant construit, on s’est dit pourquoi ne pas le mettre en place malgré tout, même si on n’a pas les subventions », explique Didier Joly. « On a simplement réduit la voilure pour s’adapter à nos moyens. »

Parmi les intervenants, il y a des professionnels comme Clôdine Bonnet de l’association Porte-Plume qui devait assurer l’atelier d’écriture samedi dernier, des clubs sportifs du territoire et puis aussi des membres du collectif.

« Chaque intervenant avait carte blanche pour choisir le lieu de son animation et son contenu. » Le fil rouge du festival : la découverte et le respect de la nature « dans une approche sensitive et émotionnelle. »

Pascale PINEAU-DECIRON

Contact : sauvonsboudre@gmail.com

Le Collectif Préservons le Domaine de Boudré a prévu deux rendez-vous d’animations programmés le 28 juin et le 8 novembre.

FESTIVAL NATURE 2020 « les 4 saisons de Boudré »

ANNULATION ET REPORT DU SAMEDI 4 AVRIL 2020

Compte-tenu de la situation sanitaire, le comité de pilotage du Collectif « préservons le domaine de Boudré » a décidé qu’il n’était pas raisonnable de maintenir la date du samedi 4 avril dans le cadre de son premier Festival Nature 2020 des 4 saisons à Boudré.

Le Collectif adhère à la consigne de bon sens actuel qui est de « restez chez soi pour sauver des vies« . Il s’agit aussi de soutenir nos équipes soignantes dans les hôpitaux et pour éviter de les encombrer. L’intérêt collectif du moment, c’est aussi de prendre soin de chacun.

La journée du samedi 4 avril est donc suspendue et reportée à une date ultérieure.

Nous ajoutons cependant que la nature, quand on ne cherche pas à la dominer ou à l’abîmer, reste médecine. Les arbres sont par exemple source de bienfaits pour le système immunitaire. La nature et l’espace forestier peuvent permettre à chacun-e individuellement de déstresser dans ces temps difficiles de confinement.

C’est aussi une raison pour protéger et préserver l’Espace Naturel Sensible de Boudré.

« Le Covid-19 est en train de transformer le paysage physique des humains. Le virus, comme le changement climatique, est invisible, difficile à saisir. Pourtant, ça se produit, c’est puissant. Nous imaginons que nous avons du pouvoir et ce coronavirus nous humilie. Il faut laisser tomber cette arrogance. Nous vivons sur cette Terre par courtoisie des germes et des virus« , conclut le philosophe Glenn Albrecht dans « Les Emotions de la Terre ».

Lettre Ouverte du Collectif aux candidat-e-s aux élections municipales 2020 de Seiches.

Depuis plus de 5 ans, le collectif « Préservons le Domaine de Boudré », œuvre pour la protection du Domaine de Boudré, site remarquable classé Espace Naturel Sensible. En effet, le Conseil départemental du Maine et Loire a souhaité mettre en vente les quelques 500 hectares dont il est propriétaire, soit environ la moitié.

Dés le début, le collectif s‘est opposé à cette mise en vente brutale et non concertée. Aujourd’hui, le collectif reste fidèle à ses objectifs initiaux :

  • Que ce bien commun reste dans le domaine public,
  • Que les activités qui s’y développent, soient respectueuses de l’environnement et de la biodiversité,
  • Que les réglementations environnementales en place pour protéger le domaine soient maintenues et respectées.

Malgré les nombreuses actions du collectif et l’engouement de la population pour ce site, le département a persisté dans son projet de mise en vente d’une partie du Domaine : les fermes, les étangs et l’hippodrome. A la suite d’un « appel à projet », le département, soutenu par les élus de la municipalité et de la Communauté de Communes Anjou Loir et Sarthe (CCALS), a choisi un entraîneur de chevaux de courses.

Ce projet portait de nombreuses nuisances dénoncées dans une pétition du collectif (Lien pétition). Inadapté au site et à ses contraintes environnementales, comme nous le présagions, il est tombé à l’eau. Cependant, pour rendre constructible le parking de l’hippodrome, une modification du PLUI était nécessaire afin que les activités puissent se déployer. L’ensemble des élus a voté cette modification.

Le collectif s’y est opposé. Tout d’abord, dans le cadre d’une démarche amiable que le président de le CCALS a refusé. Devant ce refus, le collectif, en lien avec l’association «  La Sauvegarde de l’Anjou » et avec le soutien juridique d’un juriste spécialiste de l’environnement, a diligenté une procédure contentieuse devant le tribunal administratif. Cette procédure est actuellement en cours.

Aujourd’hui, des élus de la commune, de la CCALS et du département, rendent le collectif responsable d’une obstruction aux possibilités d’évolution du Domaine. Il n’en est rien. Des projets conformes à l’ancien PLU et respectueux de l’environnement y sont tout à fait possibles et continuent à être proposés.

L’ensemble laisse l’impression d’un véritable gâchis. Par leur entêtement, les élus ont notamment permis qu’une société centenaire, « la Société des courses de Seiches sur le Loir », soit dissoute en janvier 2019. L’hippodrome, ses courses et toutes les animations au bénéfice de la population (La Boudréenne, les courses d’endurance à cheval, les événements familiaux et associatifs, etc.) n’existent plus…

Autour du « Domaine de Boudré », c’est le premier effet visible de la politique locale actuelle, en défaveur de la population.

Pour rappel, le « Domaine de Boudré » représente des enjeux locaux forts. Nous voulons en rappeler quelques-uns :

  • Il est le seul domaine forestier de la commune : son poumon vert,
  • Il s’y maintient, pour le moment, une faune et une flore riche et diversifiée (réservoir de biodiversité identifié au SCOT et au PLUi),
  • Il permet aux habitants mais aussi aux Angevins de profiter des sentiers de randonnées, sans pollution sonore ou visuelle,
  • Il constitue un précieux périmètre de protection du captage d’eau qui alimente Seiches et ses environs en eau potable. A ce titre tout développement d’activité doit être scrupuleusement étudié et limité au regard des tensions attendues sur ce sujet dans les années à venir.
  • L’espace naturel sensible, d’’une superficie globale de 1000 Ha, le tiers de le commune de Seiches sur le Loir, constitue un véritable atout patrimonial pour l’avenir.

En raison de ces enjeux, à l’heure de la transition écologique et du réchauffement climatique, le collectif souhaite savoir quelle est la vision des candidates et candidats, aux élections municipales de Seiches, concernant le Domaine de Boudré ?

1/ Quelle est la position des candidates et candidats sur les projets qui cherchent à s’y développer ?

Le collectif a été informé de projets qui pourraient être en correspondance avec l’intérêt environnemental du site : l’achat de la ferme de la Gayonniére par de jeunes agriculteurs bio et l’achat de la ferme de Boudré par une association de sensibilisation à l’Écologie pour la création d’un lieu écotouristique à visée d’éducation, de formation, de sensibilisation pour le grand public( Adultes/enfants) et personnes vulnérables (chantier d’insertion sociale).

2/ Quelle est la position des candidates et candidats sur l’achat par la commune de l’ancien site de l’hippodrome et de son aire de stationnement ?

La municipalité actuelle, avec l’aide du collectif, avait répondu à l’appel à projet en vue de l’acquérir. A l’origine pour y maintenir les courses, la location pour des événements associatifs et familiaux mais aussi pour y développer « un slow tourisme », un tourisme vert au bénéfice de tous. Ce projet est toujours d’actualité, il suffit de s’en emparer.

Le collectif, acteur associatif local, remercie les futurs élus pour leurs réponses précises et reste à leur disposition pour échanger autour de ce précieux bien commun qu’est « le Domaine de Boudré ». Vous pouvez compter sur notre engagement pour en assurer la préservation et la valorisation au profit de tous.

Dans l’attente, vous êtes cordialement invité-e-s au Festival Nature 2020 « Les 4 saisons à Boudré » organisé par le Collectif « Préservons le domaine de Boudré » avec l’aide d’une subvention municipale. Il se déroulera les 4 avril, 28 juin et 8 novembre.

Le programme est en pièce jointe.

SEICHES sur le LOIR, le 1er mars 2020

FESTIVAL NATURE 2020

« les 4 saisons de Boudré »

  • Samedi 4 avril
    • Atelier d’Écriture
    • Qui se cache dans la forêt ?
    • Bain de Forêt
  • Dimanche 28 Juin
    • Marche Nordique
    • Escapade en canoë
    • Les cabanes éphémères sur l’île
  • Dimanche 8 Novembre
    • Sculptures végétales / Land Art
    • A la découverte des champignons
    • Les cabanes éphémères dans la forêt
    • Randonnée pédestre

Les places sont limitées. Songer à réserver : Office de Tourisme Anjou, Loir et Sarthe au 02 41 76 37 26 ou bienvenue@tourisme-anjouloiretsarthe.fr

Tableau des Animations :

pour visualiser l’ensemble des animations avec leurs coordonnées, cliquez :

FESTIVAL NATURE 2020

Programme « les 4 saisons de Boudré »

  • Samedi 4 Avril
  • Dimanche 28 Juin
  • Dimanche 8 Novembre

pour visualiser le contenu détaillé du programme, cliquez ci-dessous :

CARTE D’ADHESION 2020

Nous avons besoin de votre soutien et d’avance nous vous en remercions. Vous pouvez dès maintenant renouveler votre adhésion, en adressant votre chèque (de 10€ ou de tout autre montant selon vos possibilités) par courrier, avec une enveloppe timbrée à votre adresse pour l’envoi de votre carte à :
COLLECTIF « Préservons Boudré », Mairie, Place Gautier, 49140 SEICHES.

LES VOEUX DU COLLECTIF POUR 2020

Recours gracieux PLUi pour empêcher toute artificialisation des milieux sur l’ENS de la Boucle du Loir.

Le 18 avril dernier, le Collectif avec la Sauvegarde de l’Anjou ont formulé un recours gracieux contre le PLUi auprès du Président de la communauté de communes Anjou Loir et Sarthe. Il concerne notamment le rétablissement d’un zonage naturel cohérent sur la totalité du site de l’Espace Naturel Sensible de la Boucle du Loir. Faute de réponse d’ici la mi-juin, un recours en justice contre le PLUi sera possible.

L’abandon du projet de Monsieur Fouin n’a pas épuisé le sujet de la défense environnementale de Boudré :
Le problème du PLUi reste entier et doit être reconsidéré. Tel qu’il est actuellement rédigé, le PLUi permet en effet l’artificialisation des milieux au cœur même du domaine. La transformation du zonage naturel en zonage agricole a créé une verrue et une rupture préjudiciable à la protection de la biodiversité.

Elle est également susceptible de porter atteinte à la ressource en eau potable, un bien précieux pour la sécurité et la santé publique, qu’il faut impérativement préserver de toute source de pollution chronique ou accidentelle. Le périmètre de protection rapprochée du captage d’eau de la Fuye englobe toute la Boucle du Loir. La bonne manière d’éviter les pollutions est de maintenir la zone naturelle sur la totalité du site avec les prairies, les zones de landes et les espaces boisés, ce que ne fait pas le PLUi.

Pour mémoire, l’enquête publique a mis clairement en évidence que cette transformation était faite sur mesure pour l’installation de Monsieur Fouin entraîneur-éleveur qui voulait s’affranchir de plusieurs règles de protection environnementale pour pouvoir construire des bâtiments et abattre des arbres. Rappelons qu’il avait déjà dû reculer sur la création d’un forage au centre de l’hippodrome et sur la construction d’une maison d’habitation sur ce même site.

Monsieur Fouin ayant jeté l’éponge, il convient de rétablir la continuité d’un zonage naturel sur la totalité de l’Espace Naturel Sensible de Boudré.

Ce site, considéré comme le 3ème réservoir de biodiversité du département après le bassin de la Loire et le site des Basses Vallées Angevines, mérite une protection absolue.

En outre, dans le recours gracieux déposé mi-avril, l’accent a été mis sur d’autres éléments :
la réduction drastique des surfaces en Espaces Boisés Classés (EBC) qui ne concernent plus que des petits boisements de moins de 4ha. Ceci aboutit à retirer une forte protection aux autres boisements.
la Trame Verte et Bleue qui doit assurer les continuités écologiques du territoire n’est pas formalisée au sein du PLUi. Ceci est contraire au Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) et fragilise fortement le PLUi. Les atteintes au réservoir de biodiversité de Boudré qui figure dans ce SCOT en sont l’un des témoins…
les stations d’épuration sont pour certaines en mauvais état et sont déjà saturées. L’apport supplémentaire de population autorisé par le règlement d’urbanisme risque d’aggraver la situation. Or rien n’indique dans le PLUi qu’une réhabilitation des stations d’épuration est programmée.

Le Collectif invite donc les élus de la communauté de communes à prendre enfin en considération l’ensemble des demandes faites par le Collectif et la Sauvegarde de l’Anjou. Il reste maintenant peu de temps pour le faire avant le terme du recours gracieux le 18 juin prochain.

A défaut, nos associations se réservent le droit d’engager un recours contentieux auprès du tribunal administratif. Il appartiendra aux élus d’en assumer les conséquences …

Le Collectif « préservons le Domaine de Boudré » associé à la Sauvegarde de l’Anjou.

CAPITULATION DE L’ENTRAINEUR FOUIN

le 5 mai 2019.

CAPITULATION DE L’ENTRAÎNEUR FOUIN :
ET NON, CONTRAIREMENT AU MENSONGE SCIEMMENT MARTELÉ À LA POPULATION DEPUIS DES MOIS, BOUDRÉ N’EST PAS VENDU !

L’entraîneur de chevaux Yannick Fouin vient de jeter l’éponge.

Les titres de la presse locale en ont fait largement l’écho :
« A Boudré, l’entraîneur de chevaux renonce »
« Boudré, retour à la case départ »
« Le projet de centre hippique abandonné à Boudré »

Le Collectif «  Préservons le Domaine de Boudré » n’a eu de cesse de prévenir les élus que ce projet était fragile. La majorité d’élus répondait que ce projet était bon pour l’économie et entreprenait en toute crédulité de modifier les réglementations en vigueur pour autoriser une installation sur mesure.

Sans doute certains vont-ils essayer de faire « porter le chapeau » de ce revirement au Collectif. Ce serait lui prêter un pouvoir qu’il n’a hélas pas. Il ne faut pas se leurrer, le retrait de Monsieur Fouin est bien évidemment motivé par un calcul économique.

Et si nous insistons pour préserver ce site remarquable, c’est parce que nous rêvons que nos enfants puissent en profiter autant, voir plus, que nous dans un avenir qui ne s’annonce pas radieux pour la biodiversité.

Rappelons que le projet d’achat de Monsieur Fouin concernait l’hippodrome, les terres agricoles et les deux fermes de la Gayonnière et de Boudré.

Rappelons que suite à l’appel à projets du département, c’est celui qui était le moins étoffé qui avait été repêché puis choisi. Alors que d’autres exposaient sur plus de 25 pages l’intérêt pour le territoire de leurs propositions, celui de M. Fouin ne comportait en tout et pour tout que … trois pages bien succinctes.

Rappelons que précédemment, il avait fallu batailler pour que des carrières ne s’installent pas au cœur de la forêt. Des élus là aussi avaient succombé à des sirènes économiques et au tout béton, au détriment des protections de cet Espace Naturel Sensible.

Rappelons que le Collectif avait dénoncé avec d’autres connaisseurs du monde du cheval, la fragilité contemporaine de la filière équine.

Rappelons que dans le cadre du PLUi, une modification sur mesure, qui transforme le zonage d’une partie de l’Espace Naturel Sensible a été votée tout récemment par nos élus, après qu’une enquête d’utilité publique contestable sur ce point ait donné raison aux donneurs d’ordre.

Rappelons qu’une partie de la population ne comprenait plus que le Collectif poursuive sa contestation d’un projet néfaste pour Boudré et pour le territoire de l’Anjou Loir Sarthe, puisque les dés étaient jetés et qu’on ne pouvait rien y changer.

Aujourd’hui, après l’abandon quasi certain de ce projet, le Collectif propose de reprendre les quatre autres projets qui proposaient de faire de Boudré un espace résolument tourné vers l’avenir. Il s’agira d’en faire une zone phare, une pépinière pour l’installation de jeunes paysans ou autres acteurs protecteurs de l’environnement et de la biodiversité.

Donc pour un avenir durable, dans une démarche participative avec les élus, le Collectif propose d’y associer l’ensemble de la population du territoire et de ses composantes (associations, collectifs …). Il va s’agir de réfléchir à un projet ambitieux et respectueux de la nature par une économie qui soit véritablement au service de la population et du bien commun et non au service de quelques intérêts privés fragiles et menaçants pour la biodiversité. Ce d’autant que la Boucle du Loir joue une rôle essentiel dans la protection du captage qui alimente le territoire en eau potable.

La commune pourrait reprendre son projet d’achat de l’hippodrome pour y développer un espace de slow-tourisme, avec poursuite de la mise à disposition d’une partie de l’hippodrome pour les manifestations associatives locales et pour les événements de particuliers en priorité pour les habitants des alentours.

La reprise de l’activité des courses est malheureusement impossible. Les deux Fédérations Trot et Galop ont retiré toutes leurs courses à la Société des Courses de Seiches, pourtant en activité depuis
1910, puisqu’elle est dans l’incapacité matérielle de les organiser depuis le refus de location du site par le Conseil Départemental à dater de janvier 2019.
Quel gâchis qui souligne bien l’incohérence et l’emballement dans certaines prises de décision !

Les projets existent. Il suffit juste de les faire vivre. Les candidatures des jeunes paysans qui souhaitaient s’installer en bio pourraient être réexaminées avec davantage d’attention. En d’autres endroits, de nombreuses collectivités ont joué le jeu de l’avenir durable et de la préservation de l’environnement, elles en sont fières.

Dans un premier temps, pour protéger l’Espace naturel Sensible de Boudré, le Collectif et la Sauvegarde de l’Anjou avec France-Nature-Environnement, ont déposé un recours gracieux pour annuler dans le PLUi, la partie concernant la transformation du zonage naturel de l’hippodrome et éviter que d’autres projets maléfiques du même acabit puissent s’installer au cœur du Domaine de Boudré.

Ensuite, si les élus départementaux, de l’intercommunalité Anjou Loir et Sarthe, de la commune de Seiches sont disposés à travailler pour un réel projet d’avenir durable et solide, respectueux de la nature et de la population, le Collectif est prêt à s’y associer. Prenons le temps et construisons sur cet Espace Naturel Sensible privilégié qui nous est tant envié, un projet dont nous pourrons tous être fiers quand nous le transmettrons à nos enfants. Il devra être utile à la protection de la nature et de la biodiversité et devra demeurer à l’usage de la population et du bien commun, conformément à l’esprit du legs de la famille Gélineau qui avait cédé gratuitement l’ensemble de ce domaine au Département.

Le Collectif « Préservons le domaine de Boudré »

Page 1 of 12

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén