Collectif Préservons le Domaine de Boudré

Suite à l'annonce officielle de la mise en vente du Domaine de Boudré, le collectif a vocation à assurer la sauvegarde de ce site naturel.

Mois : mai 2017

« La communauté de communes ne veut plus des terres »

Un article de Ouest-France du 22 mai 2017 :

« Boudré, ce joyau qui devient enjeu financier »

C’est le titre bien trouvé d’un article de Ouest-France en date du 19 mai 2017, que voici :

Et voici un autre article paru le même jour dans le Courrier de l’Ouest :

Le Conseil Départemental ne valide pas les projets des deux collectivités locales (commune de Seiches et CCLAS)

Le Conseil Départemental communique ce jour par voie de presse dans un article intitulé « Boudré : retour case départ » (voir ici), qu’il n’est pas satisfait de la qualité des réponses aux appels à projet. Un nouvel appel à projets est relancé pour deux mois à compter du 1er juin 2017.

Mais quels sont véritablement les points d’achoppement?

Ne serait-ce pas tout simplement une question d’argent, pour exercer une pression sur les élus locaux, et donc pour faire grimper les prix?

Nous notons aussi qu’à ce jour, il n’y a pas pléthore de candidats pour répondre à ces appels à projets. Il s’agirait alors aussi pour le département d’essayer de glaner d’autres acheteurs au détriment des collectivités locales qui ont pourtant proposer deux très bons projets présentés dans les temps demandés initialement.

  • Celui de la commune, en lien avec les acteurs du territoire, pour l’achat de l’hippodrome.  Au cœur de la forêt de Boudré, il s’agissait, d’en faire un acteur majeur du développement  touristique et d’activités centrées sur l’environnement et la protection de la biodiversité.

  • Celui de la Communauté de Communes Anjou Loir et Sarthe pour le rachat de la ferme de la Gayonnre comme réserve foncière agricole.

Le collectif s’inquiète des décisions prises par le Conseil Départemental qui ne vont pas dans le sens de la parole engagée et dans le respect de la mobilisation des acteurs locaux qui permettrait pourtant d’offrir la garantie d’un avenir durable et respectueux de la Nature et de conserver une unité du Domaine.

Retour case départ…

Article du courrier de l’Ouest en date du 16 mai 2017 :

Promenons-nous dans les bois…

Quelques clichés pris dans la forêt lors de la randonnée du 30 avril dernier organisée par le collectif.

Pour le plaisir des yeux

Qu’ils avaient donc du courage, tous derrière et lui devant …

Près de 200 selon la police, 203 pour les organisateurs, à venir braver des seaux de pluie annoncée pour suivre le collectif de sauvegarde du domaine de Boudré dans sa randonnée du dimanche 30 avril.

Afin de se rappeler au bon souvenir de la population Seichoise et environnante, le-dit collectif avait aussi pour objectif de faire connaitre à chacun, élus comme habitants, où en était cet épineux dossier.

Des marcheurs et des participants courageux et souriants, après avoir grignoté encas et siroté boisson sans alcool ont déroulé plus ou moins vite, c’est selon, un pas décidé sur des chemins toujours secs, c’est un des avantages de ce site perméable à souhait où l’oxygène est encore vert.

Petite randonnée de 12 km qui a emprunté, le nouvel itinéraire qui traverse ce bel Espace Naturel Sensible, où chacun a pu admirer la biodiversité écologique. Feuillus pas encore garnis, conifères toujours un peu piquants, volatiles aux plumes mouillées et membres du collectif très en forme au regard de la belle participation.

Tous ces petits plaisirs devaient bien évidemment être ponctués par quelques informations triées sur le volet. C’est ainsi que la représentante de la mairie de Seiches sur le Loir, armée d’une déclaration dont les termes pesés et étudiés ont confirmé la volonté du Maire et de son Conseil Municipal de rester acquéreur de l’hippodrome. Chacun a pu entendre une pointe de mécontentement, disons au minimum une surprise sur la décision du Président du Conseil Départemental d’accepter hors délai la proposition présentée par un propriétaire Normand pour cet achat.

Il est vrai qu’un appel à projet, ça « ne mange pas de pain » puisque sans règle juridique, il n’est pas opposable. C’est une boîte à idées avec une méthode un peu organisée.

Pour le collectif, c’était un engagement MORAL du Président avec des règles qu’il a lui-même définies. Vous avez dit « Moral »?

Donc, le collectif a « gentiment », question de courtoisie, fait état de sa surprise, sur cette situation.

Durant des mois, dans un cadre partagé, ses membres ont activement œuvré à la constitution de cet appel à projet ; ils ont respecté leurs engagements et été la cheville ouvrière dans la conduite du projet et le suivi du dossier.

Et patatras, alors que tout semblait bien engagé, une petite entorse morale et malgré les dires de la représentante du département, qui comme à son habitude intervient courageusement, les travaux sembleraient n’avoir été qu’une chimère.

Alors que les élus locaux, y compris de la nouvelle grande com-com, baptisée ALS, apparaissaient de plus en plus réceptifs au projet en gestation pour que le Groupement Syndical Forestier voit le jour, le Conseil Départemental changerait de position ?

Ce domaine, qui lui a été légué gratuitement il y a plus d’un siècle, mérite de rester public. Si un développement doit s’opérer, sa maîtrise doit rester démocratique. Une cession à un propriétaire privé, entrainera inévitablement des risques pour le site, sa biodiversité et tout ce qui s’y attache.

Les croyances des élus départementaux sur un respect trentenaire de ces règles sont une supercherie.

La conclusion de cette journée fraiche et humide, apparut comme une évidence autour du petit verre offert par le collectif de sauvegarde du domaine : le Conseil Départemental doit accepter la proposition de la mairie de Seiches mais aussi se projeter rapidement avec nous sur les perspectives offertes pour l’ensemble du domaine.

Le legs généreux ne peut être l’objet d’une démarche mercantile, les randonneurs présents l’ont bien fait sentir !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén