Collectif Préservons le Domaine de Boudré

Suite à l'annonce officielle de la mise en vente du Domaine de Boudré, le collectif a vocation à assurer la sauvegarde de ce site naturel.

Catégorie : publications du collectif Page 2 of 3

Boudré : non, rien n’est encore joué !

A grand renfort de communiqués de presse, le département a annoncé la vente des fermes et de l’hippodrome. Quoi qu’il en dise, et le Conseil Départemental l’a déjà expérimenté, rien n’est encore joué avant la signature de l’acte notarié.

Depuis plusieurs jours de nombreux mensonges ou manipulations ont cours et nous souhaitons rétablir quelques vérités sur l’état du projet :

  • NON, l’hippodrome ne sera plus accessible et les courses ne pourront plus y être organisées : Il n’existera tout simplement plus. Ces utilisations auxquelles tenaient les habitants sont totalement incompatibles avec l’exercice des activités professionnelles envisagées (entraînement de chevaux d’élite surprotégés)
  • NON, le projet retenu ne répond pas au cahier des charges exigeant élaboré par le Conseil Départemental lui-même. Respect de la biodiversité, respect des règles d’urbanisme en vigueur, suppression des 5 réunions hippiques et 10 événements festifs… Comment expliquer un tel recul ? Quels en sont les motifs ?
  • NON, le projet de salle promis aux habitants de Seiches n’est qu’une illusion, un enfumage qui ne peut trouver de concrétisation sur le domaine sans à nouveau nécessiter le déclassement de zones naturelles ou boisées ou contrevenir à la réglementation sur les risques d’inondation
  • NON, la disparition de l’hippodrome n’est pas une simple formalité. Le déclassement de cet espace naturel bénéficiant de nombreuses protections au titre de l’environnement nécessite un parcours long au cours duquel les citoyens, les associations et les autorités environnementales auront leur mot à dire
  • NON, le site ne bénéficie pas de la triple qualification de Réservoir remarquable de biodiversité, d’Espace Naturel Sensible et de zone naturelle au PLU par hasard. Ces classements correspondent à une réalité écologique indiscutable, reconnue jusqu’à présent par le Conseil Départemental car reprise dans le cahier des charges de l’appel à projet, mais hélas fortement menacée par le projet retenu, et complètement sacrifiée au nom de retombées économiques idéalisées mais illusoires.
  • NON, le projet retenu ne répond absolument pas à au projet de territoire tel que souhaité initialement. Il ne fait que répondre à un intérêt privé qui se développerait sur un site remarquable légué, façonné et financé par et au profit de tous.

Le site ne bénéficie pas de la triple qualification de Réservoir remarquable de biodiversité, d’Espace Naturel Sensible et de zone naturelle au PLU par hasard. Ces classements correspondent à une réalité écologique indiscutable, reconnue jusqu’à présent par le Conseil Départemental car reprise dans le cahier des charges de l’appel à projet mais hélas fortement menacée par le projet retenu, et complètement sacrifiée au nom de retombées économiques idéalisées mais illusoires.

Nous ne laisserons pas passer un tel projet contraire aux intérêts communs des habitants de la com-com et écologiques sans agir.
Nous invitons dans un premier temps, tous les amoureux de Boudré à venir soutenir notre action en participant à la chaîne humaine organisée le samedi 30 septembre à 15h sur l’hippodrome.

Le vrai visage de Mr Gillet se dévoile

Le collectif  « Préservons le domaine de Boudré », la société des courses et des associations utilisatrices de l’hippodrome sont déconcertés par la décision prise par le conseil départemental (voir les articles du Courrier de l’Ouest et du Ouest-France du 21/09/17 ). Avec l’aval d’un tiers des élus de la commune de Seiches sur le Loir et de la majorité de la nouvelle CCALS, ils ont préféré privilégier l’installation d’un entraîneur de chevaux de course qui va venir s’approprier, pour un usage privé, l’hippodrome et les fermes de Boudré.

Ils ont recalé deux projets portés par le collectif, la commune de Seiches et des associations locales. Ces deux projets étaient élaborés en vue de l’intérêt collectif, de la préservation d’un bien commun et de sa biodiversité.

Avec le projet de cet entraîneur :
– C’est la fin des courses de chevaux sur l’hippodrome, une activité ancestrale de plus de 100 ans,
– C’est la fin des événements festifs, de loisir et sportifs organisés par les associations,
– C’est la fin des événements familiaux,
– C’est la fin de la création d’un projet de coopérative qui viendrait favoriser l’implantation d’agriculteurs bio,
– C’est un grave traumatisme, avec l’intensité des activités qui vont s’y dérouler, pour le respect de la faune de la flore et donc de la biodiversité…

Le vrai visage de Christian Gillet se dévoile, celui de la défense des intérêts privés au détriment de l’intérêt collectif.

De plus, le projet de privatisation de l’entraîneur va nécessiter la transformation du PLU, dans une zone de protection du captage d’eau et dans un espace déclaré « espace naturel sensible ». Le collectif informe qu’avec ses partenaires, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour s’opposer à la transformation de toutes les réglementations qui ont été mises en place par le législateur pour protéger ce Domaine.

Le collectif, la société des courses et des associations locales appellent le public à venir nombreux le 30 septembre prochain sur l’hippodrome, pour dire non au projet de privatisation de Mr Gillet. Il s’agira, tous ensemble, de faire une grande chaîne humaine sur les pistes, « Tous en piste pour sauver l’hippodrome et les fermes de Boudré ».

Le collectif « Préservons le Domaine de Boudré ».

Boudré est dans votre cœur ! Participez à son achat sous la forme d’une ou plusieurs parts sociales.

Si vous lisez ce texte, c’est que vous avez manifesté votre intérêt pour le domaine de Boudré situé à Seiches sur le Loir.

Ce sont vos soutiens qui ont guidé notre détermination.

Malgré les 5500 pétitionnaires, l’appui d’associations locales, l’engagement des élus locaux autour de l’hippodrome, le département du MaineetLoire semble resté sourd aux propositions portées par le collectif «Préservons le Domaine de Boudré». Il souhaite vendre au plus offrant ce site qui lui a été légué gracieusement. Il existe un sérieux risque de privatisation définitive d’une grande partie du domaine.

Depuis 2 ans et demi, le collectif a pour objectifs de préserver cet Espace Naturel Sensible, de protéger sa zone de captage d’eau potable, de maintenir l’ouverture au public et d’inscrire durablement le domaine au cœur de l’intérêt collectif du territoire. L’ensemble des activités socio-économiques, l’agriculture, la sylviculture, le tourisme, la chasse, le sport, le loisir et la culture, sont envisagés autour du respect de la grande biodiversité de cette boucle du Loir.

Dans le cadre de la vente sous la forme d’un appel à projets, le collectif s’est mobilisé dans deux directions :

  • Soutenir un projet d’achat de l’hippodrome par la commune de Seiches sur le Loir. Autour de ce titre « Boudré au cœur du territoire », l’hippodrome sera le socle d’un développement touristique doux.

  • Soutenir la création d’une association de préfiguration qui a pour but la mise en place d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC).

Cette association de préfiguration bénéficie de l’appui de «Terre de Liens» et du mouvement «Hamosphère région Pays de la Loire». Par l’intermédiaire d’un financement participatif, cette coopérative souhaite se porter acquéreur des deux fermes du domaine.

Dans l’espoir de maintenir le domaine dans le bien commun, avec la volonté de servir l’intérêt général, le collectif invite les adhérents et sympathisants à souscrire, d’abord sous forme de promesse, une ou plusieurs parts sociales d’une valeur de 100 euros de cette future coopérative.

Avant souscription, un dossier technique et financier vous sera remis pour expliquer plus précisément l’ensemble de la démarche menant à l’assemblée constitutive de la coopérative.

Possibilité de réduction d’impôts : Les souscripteurs au capital de cette future coopérative, s’ils sont soumis à l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP)/ cf. Art. 199 terdecies-0 A du code général des impôt), pourront bénéficier d’une réduction d’impôt de 18 % du montant total des parts contractées. S’ils sont soumis à l’impôt de solidarité sur la fortune, ils auront le droit d’imputer à cet impôt 50 % des versements effectués. Les modalités et conditions seront explicitées lors de la souscription.

En signant cette promesse, je m’engage à souscrire au moins une part sociale ou plusieurs, dès l’appel à souscription. N’hésitez pas à photocopier cet appel pour le diffuser à votre entourage. Sans vous, Boudré sera privatisé.

—————————————————————————————————————————Envoyez vos Nom, Prénom, adresse, mail, téléphone (les parts sociales sont nominatives) à cette adresse mail pour communiquer votre engagement : scic.laboucleduloir@gmail.com

Avec le montant envisagé : ………………………

——————————————————————————————————–

Le président du Conseil Départemental met en doute la possibilité d’un financement participatif et solidaire, montronslui que c’est possible…!

Que va devenir Boudré ?

Tout n’est pas joué, nous pouvons encore sauver ce Domaine forestier avec le soutien de toutes et tous.

Le Collectif « préservons le domaine de Boudré » annonce que dans le cadre de l’appel à projets qui a été relancé par le département, deux projets ont été déposé avant la date limite du 28 juillet 2017 :

  • la commune de Seiches en partenariat avec la Société des Courses, la Course d’Endurance et le Collectif de Boudré a décidé de représenter un projet plus étoffé et faisant la part belle aux synergies locales et territoriales, autour d’une image forte : « Boudré au cœur du territoire ».
  • le Collectif a initié la création d’une nouvelle association de préfiguration pour la création d’une SCIC Boucle du Loir (Société coopérative d’Intérêt Collectif). La nouvelle association a déposé un projet de rachat de l’ensemble des terres agricoles sur les fermes de La Gayonnière, Boudré et La Lande.

Si vous souhaitez avoir connaissance des deux projets dans leur intégralité, il vous suffit d’adresser un mail à sauvonsboudre@gmail.com  Ils vous seront acheminés en retour.

D’ores et déjà, réservez la date du :

  • samedi 30 septembre à 15h sur l’hippodrome de Boudré. Une immense Chaîne Humaine festive et poétique sera constituée avec vous tous pour sauver l’hippodrome, pour refuser sa privatisation, pour en garantir son usage pour les courses, pour les associations et les particuliers.

Bonne ou mauvaise nouvelle, un entraîneur aux 100 chevaux à Boudré ?

– COMMUNIQUE DE PRESSE de mobilisation de la population locale du seichois pour être présente au prochain Conseil Municipal du lundi 3 juillet 2017 à 20h –

Nous faut-il être dupes pour sacrifier Boudré, au seul profit de riches propriétaires de chevaux et au détriment de la population et d’un avenir durable du Domaine ?

L’installation d’un entraîneur aux 100 chevaux à Boudré, c’est la privatisation du Domaine et la fin d’un bien commun au service du public de notre territoire.

Une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la population locale ?

La procédure d’appel à projets est manipulée de bout en bout par le Conseil Départemental, pour imposer ce projet dont le seul mérite est de lui apporter beaucoup d’argent.

Une agence immobilière de Saumur est en train de préparer l’achat d’une partie du Domaine de Boudré avec la bénédiction de C. Gillet, président du Conseil Départemental, par un entraîneur et les riches propriétaires de chevaux d’une écurie de Maisons-Laffitte.

Pour arriver à leurs fins, la communication va bon train. Tout est bon pour vanter les mérites de cette opération. Tant et si bien qu’une majorité des élus locaux sont prêts à succomber aux sirènes d’un projet présenté comme mirifique mais pas seulement. L’enrobage savamment orchestré masque la disparition des atouts d’un rare site de qualité ouvert au public.

Quelles en seraient les conséquences ?

  • Une privatisation d’une partie majeure du Domaine de Boudré, alors que la commune et la communauté de communes Anjou, Loir et Sarthe s’était positionnée pour le maintien du site dans le bien public.
  • La fin de la tranquillité propre à ce site, tant recherchée par les promeneurs, les sportifs, les cyclistes, les enfants et leur famille, les admirateurs et protecteurs de la nature …
  • la remise en cause de toutes les protections environnementales (Plan Local d’Urbanisme, classement Espace Naturel Sensible, classement Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique)
  • la menace d’un forage pour lutter contre l’assèchement des pistes sur un sol de graves au détriment du périmètre de protection du point de captage d’eau pour la commune de Seiches.
  • La fin des courses de Boudré
  • la fin de la mise à disposition de ce site aux associations, clubs sportifs, particuliers, pour passer de bons moments de rassemblements en pleine nature.

Le Collectif « Préservons le Domaine de Boudré » appelle tous les amoureux et défenseurs de Boudré à se préparer pour manifester leur réprobation par tous les moyens à ce projet en trompe l’œil.

D’ores et déjà,

il est important d’être présent en nombre au prochain conseil municipal de Seiches du lundi 3 juillet à 20h, où sera examiné le dépôt du nouveau projet de la Mairie pour l’achat de l’hippodrome.

Il s’agit d’aider la municipalité à prendre les bonnes décisions et à réfléchir à ce que peut être le bon projet pour la population et pour Boudré :

  1. L’abandon d’une partie majeure du Domaine, au seul profit de riches propriétaires de chevaux est immoral vis à vis de l’esprit du legs. Il ouvre la porte à la privatisation du Domaine, qui va le fragiliser à jamais.
  2. Le projet de cet entraîneur fait partie du milieu huppé des courses hippiques. Ce milieu est particulièrement versatile, notamment de par la concurrence de la Française des Jeux sur le PMU. C’est un projet particulièrement fragile dans la durée, avec un risque d’une transmission non maîtrisable.
  3. L’intérêt de la population locale sur l’hippodrome est de soutenir un projet communal qui garantisse à la population l’usage du Domaine et qui permette un avenir durable et respectueux de ce bien public.

Le 30 juin 2017,

Le Collectif « Préservons le Domaine de Boudré »

Contact :

06 77 75 30 20

02 41 76 98 46

Le Conseil Départemental ne valide pas les projets des deux collectivités locales (commune de Seiches et CCLAS)

Le Conseil Départemental communique ce jour par voie de presse dans un article intitulé « Boudré : retour case départ » (voir ici), qu’il n’est pas satisfait de la qualité des réponses aux appels à projet. Un nouvel appel à projets est relancé pour deux mois à compter du 1er juin 2017.

Mais quels sont véritablement les points d’achoppement?

Ne serait-ce pas tout simplement une question d’argent, pour exercer une pression sur les élus locaux, et donc pour faire grimper les prix?

Nous notons aussi qu’à ce jour, il n’y a pas pléthore de candidats pour répondre à ces appels à projets. Il s’agirait alors aussi pour le département d’essayer de glaner d’autres acheteurs au détriment des collectivités locales qui ont pourtant proposer deux très bons projets présentés dans les temps demandés initialement.

  • Celui de la commune, en lien avec les acteurs du territoire, pour l’achat de l’hippodrome.  Au cœur de la forêt de Boudré, il s’agissait, d’en faire un acteur majeur du développement  touristique et d’activités centrées sur l’environnement et la protection de la biodiversité.

  • Celui de la Communauté de Communes Anjou Loir et Sarthe pour le rachat de la ferme de la Gayonnre comme réserve foncière agricole.

Le collectif s’inquiète des décisions prises par le Conseil Départemental qui ne vont pas dans le sens de la parole engagée et dans le respect de la mobilisation des acteurs locaux qui permettrait pourtant d’offrir la garantie d’un avenir durable et respectueux de la Nature et de conserver une unité du Domaine.

Qu’ils avaient donc du courage, tous derrière et lui devant …

Près de 200 selon la police, 203 pour les organisateurs, à venir braver des seaux de pluie annoncée pour suivre le collectif de sauvegarde du domaine de Boudré dans sa randonnée du dimanche 30 avril.

Afin de se rappeler au bon souvenir de la population Seichoise et environnante, le-dit collectif avait aussi pour objectif de faire connaitre à chacun, élus comme habitants, où en était cet épineux dossier.

Des marcheurs et des participants courageux et souriants, après avoir grignoté encas et siroté boisson sans alcool ont déroulé plus ou moins vite, c’est selon, un pas décidé sur des chemins toujours secs, c’est un des avantages de ce site perméable à souhait où l’oxygène est encore vert.

Petite randonnée de 12 km qui a emprunté, le nouvel itinéraire qui traverse ce bel Espace Naturel Sensible, où chacun a pu admirer la biodiversité écologique. Feuillus pas encore garnis, conifères toujours un peu piquants, volatiles aux plumes mouillées et membres du collectif très en forme au regard de la belle participation.

Tous ces petits plaisirs devaient bien évidemment être ponctués par quelques informations triées sur le volet. C’est ainsi que la représentante de la mairie de Seiches sur le Loir, armée d’une déclaration dont les termes pesés et étudiés ont confirmé la volonté du Maire et de son Conseil Municipal de rester acquéreur de l’hippodrome. Chacun a pu entendre une pointe de mécontentement, disons au minimum une surprise sur la décision du Président du Conseil Départemental d’accepter hors délai la proposition présentée par un propriétaire Normand pour cet achat.

Il est vrai qu’un appel à projet, ça « ne mange pas de pain » puisque sans règle juridique, il n’est pas opposable. C’est une boîte à idées avec une méthode un peu organisée.

Pour le collectif, c’était un engagement MORAL du Président avec des règles qu’il a lui-même définies. Vous avez dit « Moral »?

Donc, le collectif a « gentiment », question de courtoisie, fait état de sa surprise, sur cette situation.

Durant des mois, dans un cadre partagé, ses membres ont activement œuvré à la constitution de cet appel à projet ; ils ont respecté leurs engagements et été la cheville ouvrière dans la conduite du projet et le suivi du dossier.

Et patatras, alors que tout semblait bien engagé, une petite entorse morale et malgré les dires de la représentante du département, qui comme à son habitude intervient courageusement, les travaux sembleraient n’avoir été qu’une chimère.

Alors que les élus locaux, y compris de la nouvelle grande com-com, baptisée ALS, apparaissaient de plus en plus réceptifs au projet en gestation pour que le Groupement Syndical Forestier voit le jour, le Conseil Départemental changerait de position ?

Ce domaine, qui lui a été légué gratuitement il y a plus d’un siècle, mérite de rester public. Si un développement doit s’opérer, sa maîtrise doit rester démocratique. Une cession à un propriétaire privé, entrainera inévitablement des risques pour le site, sa biodiversité et tout ce qui s’y attache.

Les croyances des élus départementaux sur un respect trentenaire de ces règles sont une supercherie.

La conclusion de cette journée fraiche et humide, apparut comme une évidence autour du petit verre offert par le collectif de sauvegarde du domaine : le Conseil Départemental doit accepter la proposition de la mairie de Seiches mais aussi se projeter rapidement avec nous sur les perspectives offertes pour l’ensemble du domaine.

Le legs généreux ne peut être l’objet d’une démarche mercantile, les randonneurs présents l’ont bien fait sentir !

Le président change les règles…

Voilà plus de 2 ans que le collectif de sauvegarde du Domaine de Boudré œuvre afin que ce patrimoine écologique ne tombe pas dans les mains d’entrepreneurs malveillants pour les écosystèmes ou pour des opérations spéculatives qui priveraient les habitants de ce Bien Commun.

Voilà des mois que les membres du-dit collectif construisent un projet tourné vers les citoyens et pour une biodiversité préservée.

Des sourires convenus et des relations apaisées laissaient entrevoir des solutions riches d’espoir et des progrès de développement du domaine grâce à un appel à projet pour la partie hippodrome et ferme et à la création du Groupement syndical forestier pour gérer la forêt.

Bien qu’opposé au lotissement du domaine (hippodrome, landes, étangs et forêts, fermes), le collectif a participé activement à la rédaction de l’appel à projet afin que la mairie de Seiches puisse le porter auprès des édiles départementaux. L’avis majoritaire du conseil municipal de Seiches laissait donc entrevoir une sortie positive pour le lot hippodrome.

Mais en cours de route, prouvant ainsi la véracité de l’adage : « les promesses n’engagent que ceux qui les croient ! », le président du conseil départemental et sa majorité aux ordres, ont changé les règles pour faire entrer dans le jeu de la concurrence, un riche candidat, mieux disant. Ce dernier a remis, une proposition hors délais, mais l’appât du gain obligeant, Mr Gillet semble faire fi de ses discours, et ce au mépris des élus locaux, des habitants et du collectif.

Ainsi, après avoir fait casser le legs des époux Gélineau, pour combler des dettes accumulées et sur la base de prétextes éhontés, les élus départementaux cherchent à tirer le maximum de profits du patrimoine local.

Et maintenant, ils souhaiteraient que les élus de la nouvelle grande communauté de communes entrent dans le capital d’un groupement syndical forestier. Il y a de quoi être encore plus inquiet sur la valeur des engagements départementaux et sur l’intérêt d’un projet qui pourra être sabordé pour des raisons toujours justifiées par les circonstances du moment.

L’hippodrome était un atout s’intégrant au plus profond de l’ensemble du domaine et des projets de développement sur lesquels les membres du collectif phosphoraient. Si ce cœur du domaine est marchandé sans que les habitants puissent en avoir l’usufruit écologique, quels vont être les espoirs de voir les prochaines options aller dans le bon sens ?

L’expérience actuelle amène donc le collectif à encore plus de prudence, disons même de suspicions, sur les intentions des élus qui gèrent le département. Les déclarations et engagements de Mr Gillet sont encore bien présents dans l’esprit des défenseurs du site.

Cette situation invite donc à ce que l’attitude positive et constructive du collectif évolue vers d’autres initiatives plus percutantes et certainement dérangeant certainement la bienséance du climat actuel.

Les habitants de Seiches sur le Loir et des environs doivent se préparer à renforcer leur mobilisation pour que Boudré reste une propriété publique locale.

 

On vous invite ?

Vous êtes invités à l’Assemblée Générale statutaire du collectif « Préservons le Domaine de Boudré » qui se déroulera :

– Jeudi 9 mars 2017 à 20h, salle Villa Cipia à SEICHES SUR LE LOIR.

A l’Ordre du Jour:

  1. présentation succincte des statuts du Collectif et de sa forme collégiale
  2. rapport d’activités
  3. rapport financier
  4. rapport d’orientations
  5. renouvellement du Conseil d’Administration

 

Un temps d’échanges est prévu après chaque point. Ce sera bien sûr l’occasion de vous informer sur :

  • la création d’un groupement syndical forestier qui permettrait que la forêt reste dans le domaine public
  • la présentation au Département par la commune de Seiches d’un projet d’achat de l’hippodrome adossé à la Société des Courses de Boudré
  • la situation de la ferme de la Gayonnière et d’un projet de compensation foncière présenté au département par la nouvelle communauté de communes élargie Anjou-Loir-Sarthe
  • les prochains évènements organisés par le Collectif de Boudré et notamment une randonnée ouverte à tous, sur le nouveau sentier, Dimanche 30 avril à partir de 9h30.

Nous vous rappelons que seuls sont habilités à voter les membres à jour de cotisation pour l’année en cours 2017. En cas d’absence, il vous est possible d’envoyer un pouvoir auprès d’un membre présent.

Pour l’instant, rien n’est encore acquis définitivement et nous avons besoin du plus grand nombre possible de soutiens pour faire pencher le dossier de Boudré dans la bonne direction, afin de préserver son avenir et sa fréquentation par tous les publics et les associations des environs.

Il est bien sûr toujours possible de renouveler votre adhésion avant le début de l’AG.

D’ici là, vous pouvez aussi adresser un chèque de 10€ à l’ordre du collectif « Préservons le Domaine de Boudré », Mairie, 49140 Seiches sur le Loir, avec une enveloppe affranchie et avec votre adresse postale, pour acheminer votre carte d’adhésion.

A bientôt !

Appel à la mobilisation

L’hippodrome de SEICHES SUR LE LOIR, au cœur de la forêt de Boudré, est en danger.

Il est en danger d’être privatisé et à terme de devenir accessible à un exploitant de carrières.

Pourtant, il existe une solution viable et pérenne, une solution qui permettrait de conserver ce patrimoine local dans le domaine public.

Sous l’impulsion du collectif et à l’initiative de la commune, un groupe de travail s’est constitué. Il a travaillé depuis plusieurs mois, entre autre, à une réponse à l’appel à projet sur l’hippodrome, diligenté par le département.

Un projet a été finalisé mercredi 11 janvier 2017 et validé par l’ensemble des partenaires (la commune, la communauté de communes, la société des courses, l’ASER, la LPO et le collectif Boudré). Il va permettre :

  • De conserver l’hippodrome dans le domaine public, la commune en devenant propriétaire
  • De maintenir les courses hippiques sur la commune
  • De conserver l’ensemble des activités qui s’y déroulent, pour les particuliers, les associations et les écoles
  • De développer, à moyen termes, des activités et l’offre touristique sur la commune.

Dans le cadre de ce projet, une offre financière raisonnable a été arrêtée par les participants : 115.000 euros.

Ce projet et ce budget doivent être votés lundi 16 janvier à 20 h par le conseil municipal de SEICHES. Alors que nous pensions que ce projet, minutieusement préparé depuis plusieurs mois, dans un état d’esprit collégial et participatif, allait faire l’unanimité, il n’en est rien.

Des conseillers municipaux ne voient pas l’intérêt d’un tel projet et ne souhaitent pas y mettre plus que l’euro symbolique. C’est une véritable tentative de torpillage de dernière minute du projet de maintien de l’hippodrome dans le giron public. A quelles fins ? En tout cas, c’est la mort certaine de ce projet avec la porte ouverte à la privatisation.

Si le montant proposé au vote du conseil municipal ne devait pas être conforme à celui discuté dans le cadre du groupe de travail, le collectif se désolidarisera. Il ne permettra pas que le texte rédigé collégialement soit transmis au conseil départemental. La commune devra réécrire son texte en réponse à l’appel à projet.

Nous appelons chacun, habitants, élus, amoureux de l’hippodrome, à venir massivement au conseil municipal pour manifester, par leur présence, leur attachement à l’hippodrome de SEICHES sur le LOIR et qu’il puisse ainsi rester dans le domaine public.

RENDEZ VOUS LUNDI 16 JANVIER à 20h à la mairie de SEICHES sur le LOIR

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén