Collectif Préservons le Domaine de Boudré

Suite à l'annonce officielle de la mise en vente du Domaine de Boudré, le collectif a vocation à assurer la sauvegarde de ce site naturel.

Étiquette : débat

« Là pour rétablir la vérité »

Article paru le 31 octobre dans le Courrier de l’Ouest.

Jeudi, le collectif « Préservons Boudré » organise une réunion destinée à faire le point sur la vente du domaine et le choix du Département. Pour le collectif, « rien n’est joué ».

Seiches-sur-le-Loir. Jeudi, réunion salle Villa-Cipia organisée par le collectif pour évoquer l’avenir de l’hippodrome.


Le collectif « Préservons le domaine de Boudré » à Seiches-sur-le-Loir ne baisse pas les bras. Même si le Département de Maine-et-Loire a fait le choix de retenir le projet d’un entraîneur, par le biais de sa commission permanente du 16 octobre, rien n’est encore signé. Jeudi 2 novembre, le collectif organise une réunion publique de façon à apporter un nouvel éclairage.

« De qui se moque-t-on ? »

« Le projet retenu est le pire qui soit pour Boudré », affirme Didier Joly, membre du collectif. « Nous connaissons bien le cahier des charges environnemental pour avoir participé à son élaboration dès le début. » Or, le 26 octobre, le Conseil départemental déclarait, dans un communiqué : s’inscrire « totalement en faux, concernant l’affirmation du collectif selon laquelle le projet de l’entraîneur est le seul qui ne respecte pas le cahier des charges de ce site protégé ».
Dans le texte de l’appel à projets, il est clairement précisé que : « Le projet présenté devra respecter l’ensemble des réglementations et normes en vigueur afférant au site notamment règlement d’urbanisme et environnemental. » « Alors pourquoi, le Conseil départemental a-t-il besoin de transformer le plan d’urbanisme pour y installer l’entraîneur Yannick Fouin ? »

L’hippodrome est situé dans une zone classée ZN « Zone naturelle ». « Le projet choisi nécessite un déclassement de cette zone, qui est située en plein cœur de la forêt, pour pouvoir y faire : des boxes pour 100 chevaux et une maison d’habitation. Il va aussi falloir creuser une piste et la remplir de sable « fibré », du sable additionné de granulats plastiques artificiels non biodégradables et polluants, et puis rajouter de l’éclairage, un bruit permanent, creuser un puits et stoker du fumier pour l’ensemble des chevaux. Ce qui ne serait pas en conformité avec les règles de la zone de protection du captage d’eau qui englobe l’hippodrome », rappelle le collectif. « De qui se moque-t-on ? »

Selon le texte même de l’appel à projets du Département : « Le projet développé sur l’hippodrome devra être compatible, sauf accord de la ville et de la société des courses, avec l’organisation des courses hippiques et de certaines manifestations publiques (à titre indicatif : cinq journées de courses et une dizaine de manifestations publiques par an) ». « À notre connaissance, la société des courses n’a donné aucun accord pour sacrifier ses activités, qui bénéficient aux habitants, aux professionnels ainsi qu’aux touristes de passage. La commune n’a donné que de justesse, avec une seule voix d’avance, un avis favorable mais avec des réserves importantes. Elle souhaite en contrepartie la construction sur le site d’une halle équivalente à celle de l’hippodrome, dont nous savons déjà qu’elle ne sera pas possible », déclare le collectif dans un communiqué distribué dans les boîtes aux lettres, ces jours derniers.
« On dit : attention à toutes ces illusions ! On veut rétablir la vérité, donner de l’information, ressortir les textes », indique Didier Joly.
Deux axes vont être développés : « On va dire pourquoi le projet de l’entraîneur Yannick Fouin n’est pas le meilleur pour Boudré et expliquer en quoi les autres projets proposés au Conseil départemental et sur lequel ce dernier n’a pas communiqué sont plus respectueux et bénéfiques pour l’avenir de Boudré. »
« Aujourd’hui, le collectif est plus étoffé, différentes associations nous ont rejoints. Le projet retenu ne pourra pas se faire sans certaines procédures et dérogations. Ce qui va demander du temps, plus d’un an. D’ici à 2019, il va se passer des choses. On est là, et on n’avance pas sans billes. On est plutôt optimistes. Boudré, c’est un bien commun. La population a le droit d’avoir des éléments pour comprendre ce qu’il se passe », remarque Didier Joly.

« Quelques obstacles à lever »

Jeudi 2 novembre, lors de la réunion du collectif, plusieurs associations seront présentes. Il y aura des représentants de la société des courses, de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et différents partenaires… Pour Jean-Paul Bompas, président de la société des courses de Seiches : « Le Conseil départemental a le droit de vendre l’hippodrome, bien sûr, seulement l’entraîneur retenu va rencontrer quelques obstacles. Notamment avec la révision du PLU. Son installation ne pourra pas se faire rapidement. L’entraîneur, que j’ai rencontré il y a quelques jours, prévoit différents bâtiments, la construction de boxes sur le parking actuel, une maison dans une partie actuellement boisée, une piste synthétique… Beaucoup d’arbres devront sans doute être rasés. Et puis il y a un exploitant agricole, qui a encore quelques années d’activité devant lui. »

Autre obstacle à lever

« Quant à l’hippodrome lui-même, dommage, il rendait service à beaucoup de petits entraîneurs et propriétaires. »

 

Réunion publique jeudi 2 novembre à 20 h 30 salle Villa-Cipia, à Seiches.

Pascale PINEAU-DECIRON
redac.beaufort@courrier-ouest.com

Réunion d’information le 2 novembre

« Boudré au cœur du débat »

Article paru dans le Courrier de l’Ouest du 14 octobre, faisant suite au conseil municipal du 9 octobre.

Boudré : rien n’est encore joué ! Non Boudré n’est pas vendu.

Plus de 400 personnes avec le soutien de la Société des Courses, de la Course d’Endurance, de la LPO et d’associations Seichoises diverses (Rugby, Section Course Loisir, …), se sont mobilisées
pour la chaîne humaine festive du 30 septembre pour sauver l’hippodrome.
Les deux télévisions locales, FR3 et Angers-TV, ont bien couvert l’événement, ainsi que les médias locaux pour rétablir une part de vérité.
Pour rappel et pour l’instant, le projet de l’entraîneur qui a les faveurs du département, est le seul qui ne respecte pas le cahier des charges environnemental de ce site protégé. Il était pourtant inclus dans l’appel à projets édicté par ce même département.
De nombreuses dérogations sont demandées et vont nécessiter un long parcours administratif.
Le Collectif « Préservons le domaine de Boudré » ne doute pas que les conclusions seront défavorables au projet de cet entraîneur.
Il est important que les Seichoi(e)s et toutes les personnes attachées au domaine de Boudré soient correctement informées de l’ensemble des enjeux.
Aussi, vous êtes tous invité(e)s à une réunion d’information et à un débat public le :

Jeudi 2 Novembre à 20h30, salle Villa Cipia.

Avec vous tous, le Collectif, la Société des Courses, la Course d’Endurance, la LPO et toutes les associations qui le souhaiteront nous envisagerons les meilleures pistes pour préserver ce bien commun au bénéfice de tous.
Mais avant cette réunion publique le projet de l’entraîneur sera à l’ordre du jour du conseil municipal du lundi 9 octobre 20h à Seiches sur le Loir.

Venez nombreux

Les dernières nouvelles de Boudré

Le Collectif « Préservons le Domaine de Boudré », vous

remercie d’avoir apporté à un moment ou à un autre, votre

soutien qui n’a pas été vain.

Après deux années d’existence, le Collectif continue à travailler activement pour que le Domaine de Boudré puisse au maximum rester dans le Domaine Public, et ouvert au public, tout en y développant des activités respectueuses de l’environnement, et en interdisant le retour des carrières sur le site.

  •  Après l’annonce d’une vente imminente au meilleur offrant fin 2014, le Conseil Départemental a accepté le dialogue, en présence du Collectif et des partenaires. Le projet de vente a été repoussé de mai 2015 à décembre 2015, dans un premier temps, puis à fin 2016, puis à fin 2017 pour la partie forestière. C’est dès le départ, ce qu’avait suggéré le Collectif en demandant un moratoire jusqu’en 2018.

  •  Sur proposition du Collectif, un nouveau sentier qui traverse l’ensemble du Domaine a été inauguré le 19 octobre 2016 par le Président C. GILET. Le Conseil Départemental cède le terrain à la commune de Seiches sur le Loir.

  •  Fin 2016, l’O.N.F. actuel gestionnaire de Boudré, a annoncé son refus de la vente de la forêt au Privé. Pour soulever ce blocage, une «distraction» (dérogation), doit être demandée au Ministère de l’Agriculture dont les réponses ne sont souvent guère favorables.

  • Fin Octobre 2016, devant cette situation, le Conseil Départemental propose la création d’un Groupement Syndical Forestier de statut public qui serait composé du Département, de la Commune de Seiches sur le Loir et de la Communauté de Communes du Loir (Intercommunalité Anjou-Loir-Sarthe au 1er janvier 2017). Le prix demandé est de 500 000 € chacun avec un emprunt préférentiel à la Caisse des Dépôts et Consignations.

  • A cette occasion, des élus de la Communauté de Communes du Loir annoncent qu’ils sont favorables à la ré-implantation de carrières sur le Domaine de Boudré. Avec l’appui de la population, le Collectif est déterminé à interdire à jamais la réintroduction de carrières sur le site. Un prochain livret joliment illustré par Elliot, dessinateur de BD, sera distribué à cet effet. C’est un beau cadeau. Merci de lui faire bon accueil. Il est à prix libre. Vous pouvez le commandez par mail à : sauvonsboudre@gmail.com.

  • Par ailleurs, le Département a lancé un appel à projets sur les parties non-forestières du Domaine, l’hippodrome, les fermes et les étangs . L’aspect défense de l’environnement et le respect de la biodiversité en seront des critères majeurs. Les projets doivent être déposés avant le 20 janvier 2017. Un groupe de travail s’est constitué en juin 2016 autour de la mairie de Seiches, pour présenter le projet de rachat de l’hippodrome, en association avec la société des courses notamment. Le Collectif en est un acteur dynamique. Les réunions sont bi-mensuelles.

  • Sinon, vous pouvez désormais retrouver toutes les informations du Collectif et de la forêt sur notre nouveau blog : https://boudre.info/

Il vient s’ajouter à notre page de communication FaceBook :

https://fr-fr.facebook.com/collectifpreservonsledomainedeboudre/-

Des projets sont donc en cours mais ne sont pas encore aboutis, concernant la création du Groupement Syndical Forestier de statut public et le maintien de l’hippodrome dans le giron public de la commune de Seiches sur le Loir.

Toutes les ombres ne sont pas non plus levées avec ce projet de carrières récurrent. Malgré les nombreuses protections qui entourent le domaine de Boudré (arrêté préfectoral de protection du point de captage d’eau, forêt labellisée en ENS, classement du Domaine en ZNIEFF I et II, opposition de l’ONF pour l’exploitation d’une carrière), des élus de la Communauté de Communes du Loir sont prêts à envisager le contournement de la loi pour favoriser leur implantation.

Le Collectif va maintenir sa vigilance. Il aura, comme depuis le début, besoin de votre soutien. Sur votre agenda, le Collectif vous propose :

Jeudi 9 mars à 20h, salle Villa Cipia à Seiches sur le Loir, assemblée générale avec soirée débat sur «pourquoi les carrières sont hors-la-loi à Boudré ?»

Dimanche 30 avril à 9h30 une marche sur le nouveau sentier, ouverte à tous avec l’invitation de tous les groupes de marche du département.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN –

N’oubliez pas de renouveler votre carte d’adhésion 2017, en adressant un chèque de 10€ (avec une enveloppe timbrée à votre adresse) à l’ordre du Collectif «Préservons Boudré», que vous pouvez adresser à :

Collectif Préservons Boudré,  Mairie de Seiches sur le Loir, Place Auguste Gauthier, 49140 Seiches sur le Loir

 

D’ici là, Le Collectif vous souhaite UNE HEUREUSE ANNEE 2017

et

UNE LONGUE VIE AU DOMAINE FORESTIER DE BOUDRE.

Boudré notre poumon vert !

Le 10 mai passant devant la Villa Cipia à Seiches, j’ai aperçu une petite lumière verte qui éclairait la grande salle. M’approchant je me demandais, s’il s’agissait d’une fête pour un certain anniversaire ou d’un quelconque hommage à ceux qui promettent et aux autres qui les croient !

Que nenni, il s’agissait d’une autre initiative toute en couleurs, le collectif de défense du domaine de Boudré s’offrait un débat public, histoire de tirer le bilan d’une année de mobilisation allant crescendo. Mais aussi relater les échanges avec les édiles du Conseil départemental, au sein d’un groupe de travail idoine, et pour conclure de parler d’avenir ; les co-responsables du collectif avaient huilé l’organisation aux petits oignons.

Une assistance de 80 auditeurs assis dans une configuration ovoïde permettant à chacun de voir les autres participants, a sagement écouté les intervenants du collectif.

Le premier archi compétent a plaidé les valeurs du BIEN COMMUN, en clamant qu’une forêt n’est pas un immeuble à vendre, qu’elle appartient à la collectivité et que l’air que l’on y respire n’est la propriété de personne. Avec détermination, il a décliné non sans humour ce que représentait la préservation de ce site classé pour les populations d’ici et d’ailleurs. Il a opposé la vente représentée par des briques de billets pour toucher immédiatement du cash, à la pérennité de ce legs emphytéotique malheureusement cassé par décision de justice.

BIEN COMMUN, BIEN PUBLIC, la conjugaison des deux convient à la philosophie du collectif.

Ensuite le débat et les échanges ont sinué comme la Boucle du Loir dans les valeurs écologiques et de la biodiversité. Cet Espace Naturel Sensible (ENS), cette zone protégée pour sa faune et sa flore, ce point de captage d’eau pour les habitants, ce lieu de balades où le poète peut inventer sa ballade, ce site si beau, ne peut tomber ni dans des mains avides de graves et de pierres, ni sous les coups de fusils d’un seul propriétaire en interdisant l’accès à nos enfants.

Pour ce POUMON VERT, la détermination des membres du collectif reste intacte.

Le bouquet final offert par un des co-présidents du collectif a déclenché une multitude de prises de parole des élus locaux présents. Ils avaient été sollicités par les défenseurs du domaine pour d’une part se réapproprier le dossier et d’autre part s’engager dans un travail de réflexion sur les perspectives d’avenir.
Après quelques interrogations sur la création et la composition d’un groupe de travail local ad hoc, constitué dans le périmètre de la com-com avec la commune de Seiches en leader, il a été accepté que le collectif apporte ses contributions et participe activement et de manière constructive à ces réflexions.

Au fait, la représentante locale du Conseil Départemental, présente et très active dans la conduite de ce dossier a pris l’engagement que le sentier de randonnée, reliant Seiches à Boudré, proposé par le collectif et validé par les élus départementaux sera ouvert avant l’été. Le collectif prend acte et se félicite de cette rétrocession à la commune de Seiches.

En attendant je ne regrette pas d’avoir poussé la porte de la Villa Cipia. J’y ai pris un bol d’air, une leçon de vitalité par un collectif qui ne lâche rien et j’ai pu constater que les élus locaux et les utilisateurs du site, toujours plus nombreux (mobilisation oblige) tenaient à la préservation de ce poumon vert et biodivers.

Débat public

Communiqué de Presse du débat public organisé par le collectif « Préservons le Domaine de Boudré », du 28 avril 2015, salle Villa Cipia à Seiches sur le Loir.

reunion-public-28-avril-2015-05

La réunion publique de ce soir est un vrai succès: 85 personnes présentes pour réfléchir aux alternatives à la vente du domaine de Boudré.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén